La rédaction du futur texte organisant le travail de la Curie romaine « prendra encore un peu de temps », a toutefois précisé le Vatican.

« La bonne nouvelle c’est qu’il y a un brouillon… mais la future constitution requiert encore un peu de temps avant de sortir », a résumé, mercredi 25 avril, le directeur de la Salle de la presse du Saint-Siège, Greg Burke à propos de la future constitution régissant l’organisation de la Curie romaine.

Une tâche à laquelle se sont attelés, depuis cinq ans maintenant, les membres du « C9 », ce conseil de neuf cardinaux nommés par le pape pour l’aider dans le gouvernement de l’Église et la réforme de la Curie.

Lors de la 24e rencontre du C9, du lundi 23 au mercredi 25 avril à Rome, « la plus grande partie du travail a été dédiée à la relecture du brouillon de la nouvelle constitution apostolique de la Curie romaine », a expliqué Greg Burke.

Les principes de la réforme / Macron

« À la fin de la rédaction, qui prendra encore un peu de temps, les cardinaux approuveront le texte qui sera remis au Saint-Père pour d’autres consultations et son approbation finale », a précisé le porte-parole du Vatican.

Il a rappelé « les différents sujets qui formeront le nouveau document », tous déjà largement discutés lors des précédentes sessions du C9 comme « la Curie romaine au service du Saint-Père et des Églises particulières » ou « le caractère pastoral de l’activité curiale ».

Les cardinaux ont également insisté sur « l’annonce de l’Évangile et l’esprit missionnaire comme perspective qui caractérise l’activité de toute la Curie ».